s'abonner

Reportage - Entreprise Ogeo : Un fournituriste scolaire viscéralement indépendant !

2 weeks, 2 days ago

Installé entre l’autoroute du Nord et La Plaine Saint-Denis, à deux pas de la Porte-de-la-Chapelle au nord de Paris, la PME régionale Ogeo poursuit son développement en toute discrétion et se dit ouverte à toutes propositions de croissance. Rencontre avec son propriétaire Stéphan Fleismaher. 

 

Connaissez-vous Ogeo, un fournituriste scolaire régional installé à La Plaine-Saint-Denis, à deux pas de Paris, plus précisément à la porte de la Chapelle, au nord de la capitale ? Pas forcément. Car Stéphan Fleismaher, propriétaire de cette société familiale, aime avant tout la discrétion… Petit retour en arrière. L’entreprise Ogeo, pour Office général des œuvres, voit le jour à Paris en 1928. À sa tête, des prêtres catholiques, dont la mission était alors de fournir aux écoles elles-mêmes catholiques tous les accessoires nécessaires aux kermesses et autres fêtes, comme les cierges, etc. Un grossiste spécialisé en somme. Quelques décennies plus tard et une guerre mondiale achevée, le père de Stéphan Fleismaher rachète en 1980 la société alors installée rue de Rochechouart dans le 9e arrondissement de la capitale. À l’époque, Ogeo a deux activités bien distinctes. D’une part, celle historique, à savoir la commercialisation d’articles de kermesse, cette fois pour toutes les écoles d’Île-de-France, et, d’autre part, la vente de tapis et de moquettes… « Mon père travaillait dans cette branche. Puis, au fil des années, il s’est de plus en plus intéressé au monde des écoles, se souvient Stéphan Fleismaher. Dans le même temps, le monde de la moquette s’effondre et au début des années 1990 Ogeo devient un fournituriste scolaire à part entière. » Arrivé dans l’entreprise en 1994, il reprend les rênes de la société une vingtaine d’années auparavant, et une de ses premières décisions a été de faire déménager l’entreprise, les locaux de la rue de Rochechouart étant devenus trop étroits pour stocker les marchandises. Et le 1er janvier 2005, Ogeo arrive à La Plaine-Saint-Denis. 

Une porte jamais fermée 

Ogeo, c’est aujourd’hui une équipe de 23 personnes, dont une équipe terrain, 1 100 m2 d’entrepôt, 200 m2 de bureau pour un chiffre d’affaires global d’environ 5 millions d’euros. Deux tiers de l’activité concernent à la fois les articles scolaires et les loisirs créatifs, un tiers les jeux et jouets, famille en pleine expansion. Au total, le fournituriste aligne quelque 7 000 références à destination des maternelles, des crèches, des centre de loisirs… Du reste, les locaux actuels sont devenus à leur tour trop petits et Stéphan Fleismaher a bien pensé à redéménager. Mais, finalement, il n’est pas pressé et, comme il aime à le rappeler, cet amoureux du rugby, « nous trouverons toujours une solution pour stocker les produits ! ». Ogeo rayonne dans toute l’Île-de-France, mais pas uniquement. L’entreprise est également présente en Haute-Normandie et dans les Hauts-de-France. Et Stéphan Fleismaher ne cache pas qu’il serait prêt à couvrir d’autres régions. « Si une opportunité se présentait, pourquoi ne pas aller effectivement dans un département limitrophe ? Soit un commercial dépose une candidature, soit un revendeur régional est prêt à passer un accord avec nous. De toute manière, je ne ferme jamais la porte… » Cependant, même si son entreprise est saine financièrement, Stéphan Fleismaher a bien l’intention de laisser passer la tempête actuelle avant d’envisager toute croissance externe. Quoi qu’il en soit, avec l’essor du e-commerce, Ogeo possède déjà des clients dans toute la France. Voilà quelques années, un basculement a été effectué. Aujourd’hui, le site marchand de la société regroupe 90 % des commandes, « ce qui est une très bonne chose », ajoute-t-il. Un pourcentage qui n’était même pas à la moitié il y a six ans… D’autant que la logistique suit. Au plus fort de l’activité de fournituriste scolaire, ce sont deux ou trois palettes qui partent chaque jour dans les quatre coins de l’Hexagone. « Le  métier de fournituriste scolaire est un métier à part entière et bon nombre d’acteurs de la fourniture de bureau se sont cassés les dents en voulant s’immiscer dans l’univers des écoles. Nous devons à la fois réaliser du volume tout en effectuant de l’épicerie de proximité, et ce n’est pas péjoratif, loin de là ! Nous devons avoir une connaissance quasi individuelle de chacun de nos clients. Sans oublier le choix et le référencement des produits qui sont très particuliers par rapport aux articles dédiés au bureau », tient-il à rappeler avec une certaine vigueur dans la voix. Et d’ajouter aussitôt : « Cela fait très longtemps que la relation client est au cœur du métier de fournituriste scolaire ! »

Un moment de solitude 

Comme pour beaucoup de chefs d’entreprises, le 12 mars a été un grand moment de solitude pour Stéphan Fleismaher. L’annonce du confinement l’obligeait à fermer sa société. Mais au début avril, il décide de mettre en place une cellule de survie pour traiter les rares commandes mais surtout pour ne pas perdre le contact avec sa clientèle. Puis,  peu à peu,  l’activité est revenue. « À tel point que nous avons eu un tsunami de commandes. Juillet a été un très bon mois, bien meilleur que celui de 2019, mais avec des conditions de travail très mauvaises, se souvient-il. Il était trop tard alors pour embaucher des intérimaires et j’ai rencontré des soucis d’approvisionnement de la part de fournisseurs. Une horreur ! J’espère ne jamais revivre de tels moments ! » Quant à la suite, Stéphan Fleismaher se montre raisonnablement optimiste d’ici à décembre, mais à moyen terme… quel sera l’impact économique de cette crise sur sa clientèle en 2021 ? « Mais une PME comme la nôtre, avec son équipe motivée, sait s’adapter et réagir rapidement. »

Pas question pour autant d’introduire dans le catalogue de nouvelles familles de produits. En revanche, Stéphan Fleismaher est prêt à développer des partenariats avec d’autres distributeurs et/ou fournisseurs, dans le mobilier scolaire par exemple. Quant à l’ouverture de points de vente, là aussi le chef d’entreprise refuse d’investir dans cette activité grand public, même si un tiers de son entrepôt est ni plus ni moins qu’un magasin. « Le grand public ne vient pas ici ; qui aurait l’idée de se rendre à la Plaine-Saint-Denis pour acheter des jouets ? Seuls viennent dans cet entrepôt magasin des professionnels. » Cela dit, il n’est pas contre de passer un accord avec un ou des points de vente souhaitant développer leur offre en loisirs créatifs, en articles scolaires et en jeux et jouets. Sa porte n’est jamais fermée, comme il aime à le rappeler tout en précisant qu’« Ogeo est et restera le vaisseau amiral, même si je diversifie mes activités », conclut-il. Et d’ajouter : « Tout en demeurant viscéralement indépendant. Pas question de me retrouver avec d’autres dans des réunions ! Du reste, je pense que l’univers des fournituristes scolaires évoluera car il y aura à terme trop d’acteurs… » La discrète PME régionale Ogeo taille sa route… sans coup férir.

F. L.

Repères… Ogeo 

  • Adresse : 82, avenue du Président-Wilson, La Plaine-Saint-Denis, 93214
  • Entrepôt : 1 100 m2
  • Activité : fournituriste scolaire 
  • Equipe : 23 personnes
  • Président : Stéphan Fleismaher
  • Création : 1928
  • Tél. : 01 48 22 66 33 
  • Particularité : indépendant