s'abonner

Office Depot France : « Il n’y aura ni de plan social, ni de fermeture ! »

1 year, 10 months ago

Dans une interview à paraître prochainement sur le site PNP, Guillaume de Feydeau, président d’Office Depot France, réagit suite à la mise en cause de l’avenir de la filiale française  dans la presse.

« Une entreprise, c’est avant tout une aventure humaine avec trois enjeux aujourd’hui majeurs de plus en plus indissociables : celui économique, celui sociétal et enfin celui environnemental. Parfois,  la vie d’une entreprise se complique et Office Depot France est actuellement dans ce cas de figure. Mon objectif est simple : je veux sortir de cette passe difficile pour atteindre dès 2020 l’équilibre financier.  Certes, l’entreprise actuellement perd de l’argent mais peut se transformer. »

Je suis en fonction seulement depuis le mois de mars et j’ai récupéré une situation pour le moins compliquée où les salariés sont inquiets, ce que je comprends fort bien. Cette angoisse est légitime, à moi de la faire disparaitre. Quand je retrouve dans la presse des informations fausses et mensongères (1), je suis très énervé car elle porte préjudice à notre entreprise ! Et ces rumeurs ne font qu’ajouter de l’inquiétude à l’inquiétude. Depuis, je ne cesse de rassurer à la fois notre clientèle et les fournisseurs. Je n’ai pas de dette et tous les fournisseurs sont payés. 2019 sera donc l’année de la transformation, 2020 celle de l’équilibre financier comme je l’évoquais tout à l’heure.  En revanche,  j’insiste : il n’y aura ni de plan social, ni de fermeture !

Pour autant,  il y a bien une audience du tribunal de grande instance de Senlis le 28 mai dernier entre le CCE du groupe et vous-même…

Effectivement. Depuis mon arrivée, je dialogue régulièrement avec le CCE et l’ensemble des salariés.Pour faire simple, Office Depot règle effectivement à des sociétés sœurs en Europe des montants pour des services rendus : utilisation de la marque, informatique, achats, etc. Pour ce qui concerne les rumeurs de presse, si certains font des amalgames financiers, je suis à leur disposition pour leur exposer les faits et les chiffres : le procès fait à notre actionnaire final ne repose sur aucun élément tangible et par exemple Aurélius, à travers Office Depot Europe investira cette année plus de 10 millions d’euros dans Office Depot France.

Vous évoquiez avoir récupéré une situation délicate suite au départ de votre prédécesseur… que s’était-il passé ?

Je n’ai pas pour habitude de critiquer mes prédécesseurs dans le cadre de l’exercice de mes mandats. Je souhaite simplement que nous retrouvions la sérénité qui nous permette tous ensemble d’avancer et redresser cette belle entreprise qui a un avenir prometteur. 

Office Depot