s'abonner

Naissance de Tombow Pen & Pencil France : être au plus près du terrain 

1 month, 2 weeks ago

Avec la création d’une filiale française, Tombow se donne les moyens de devenir un acteur qui compte dans l’Hexagone. Et l’équipe est dans les starting-block ! Rencontre

La société Tombow, fondée en 1913 et basée à Tokyo, démarre avec la fabrication de crayons à papier puis, au fil des ans, la marque développe des produits pour l’univers des beaux-arts et du bureau jusqu’à être représentée aujourd’hui à l’échelle mondiale dans les domaines du dessin, de l’écriture, de la correction et du DIY (do it yourself). Restée familiale, la société a su appuyer son développement sur les valeurs traditionnelles japonaises de qualité, de précision et de perfection qui se reflètent aujourd’hui encore dans ses produits. Depuis plusieurs années, en France, la marque Tombow était commercialisée par edding. La donne a changé avec l’annonce en début d’année 2021 de la création de la filiale française Tombow Pen & Pencil France. « Nous reprenons donc en direct la distribution de nos produits au travers d’une structure commerciale et marketing dédiée », précise Karl Seillé, directeur des ventes. Une équipe de 5 personnes est installée à Marcq-en-Barœul (Hauts-de-France) qui regroupe, outre le directeur des ventes et Delphine Sylvestre à la direction marketing, deux commerciaux terrain confirmés et une personne responsable du service client. Une décision stratégique mûrement réfléchie par le board japonais convaincu du potentiel du marché français, mais qui se concrétise durant une période un peu particulière… 

(en photo) Les cinq Mousquetaires de Tombow Pen & Pencil France !

tombow

Des ambitions

« Avec la pandémie, ce n’était peut-être pas le meilleur moment mais nous étions prêts, nous avons recruté des collaborateurs de qualité, prêts à s’investir et connaissant déjà parfaitement le secteur. De plus, je suis persuadé que la présence terrain est plus importante que jamais actuellement. »  

Si en Europe, l’Allemagne reste le premier marché de Tombow, la nouvelle structure ne manque pas d’ambition pour l’Hexagone, comme le précise Delphine Sylvestre : « Avec Tombow France, l’objectif premier est de favoriser la proximité avec les distributeurs afin d’investir plus fortement le marché français, qui ne manque pas de potentiel en BtoB comme en BtoC. Nous disposons maintenant des moyens humains et logistiques pour donner une plus grande visibilité à la marque ». Karl Seillé poursuit : « Être filiale implique une réelle autonomie, nous travaillons avec un bel esprit d’équipe, en mode start-up et en ayant conscience d’avoir beaucoup à construire. C’est une aventure enthousiasmante et nous sommes heureux d’apporter notre patte, notre vision, de faire bouger le marché. De plus, nous disposons d’une grande écoute et d’un réel soutien de la part de Tombow Europe. Enfin, l’appartenance à un groupe sur lequel s’appuyer est une vraie garantie pour nos clients. » 

Créer un univers bien identifié 

En tant que directeur des ventes, Karl Seillé, lui-même issu de chez edding, garantit un changement dans la continuité rassurant pour les distributeurs. « Notre futur développement s’appuiera bien sûr sur ce qui a été déjà construit au fil des années. Notre portefeuille client est bien établi mais nous pouvons désormais l’ouvrir, nous positionner sur des marchés comme le scolaire où nous n’étions que peu présents, et référencer de nouveaux partenaires distributeurs. Nous en avons les moyens en termes de produits car les gammes Tombow sont très larges. »

Une tendance forte est relevée aussi bien par Karl que par Delphine : l’importance croissante pour les distributeurs, comme pour les clients finaux, de la RSE au sens large. « C’est un sujet de fond pour aujourd’hui et pour demain, les entreprises doivent prouver leur engagement sociétal. Nous y travaillons au plan européen afin de mettre en valeur les certifications, labels sur nos produits et notre démarche environnementale en réponse à une attente légitime du marché. Le statut de filiale nous permet d’être très proactif dans ce domaine et également de mieux sensibiliser la maison mère », note Delphine. « D’ailleurs, nous le voyons bien dans les catalogues des distributeurs qui comportent maintenant tous des focus sur cette question », remarque Karl. Chez Tombow, une partie de la gamme est d’ailleurs déjà recyclée ou recyclable, certains correcteurs sont rechargeables, etc. « Nous travaillons également sur les packagings afin de limiter l’usage du plastique en le remplaçant par du carton FSC dans nos nouveaux sets », précise Delphine.

Si les premiers mois de l’année ont été incertains pour beaucoup d’entreprise, Tombow France affiche un résultat au premier semestre au-delà des objectifs. « La réaction des distributeurs à la création de Tombow France a été très positive. Nous avons beaucoup insisté sur le merchandising afin de donner une véritable visibilité à la marque en tant que telle en magasin grâce à du mobilier modulable en fonction de la surface disponible, alors que jusque-là nos produits se trouvaient éclatés dans divers rayons. » Le premier à jouer le jeu a été Géant des Beaux-Arts dont les 17 magasins ont été réimplantés avec des mobiliers soit de 2 m x 2,40 m de haut soit de 1 m x 2,40 m de haut. Bien d’autres magasins ont suivi et la démarche se poursuit activement. « Tombow France est une marque en construction, bien connue du bureau mais pour exister plus fortement, nous devons créer un univers cohérent et bien identifié au sein des magasins. »

Diversifier les actions commerciales 

Parmi les produits beaux-arts et loisirs créatifs, Tombow France propose des gammes larges de crayons de papier, de gommes, de feutres à alcool, de feutres à base d’eau… Et pour le bureau, au-delà du fameux correcteur CT-YT4, Tombow propose également toute une famille de produits à découvrir. « Tombow est parfaitement connu et reconnu pour son produit phare, le correcteur, mais notre ambition est de donner à la marque une image beaucoup plus ouverte, de faire connaitre nos autres gammes. Pour y parvenir, nous diversifions nos actions commerciales et marketing. » Une présence active sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Pinterest, TikTok) permet de mettre en avant des produits destinés à l’univers créatif et de toucher une population jeune, de « futurs » clients. L’image se construit parallèlement en lien avec 8 ambassadeurs qui fédèrent une vaste communauté mais aussi grâce aux partenariats avec les émissions « Silence ça pousse » et « Mieux chez soi » de M6 qui mettent en avant la gamme de feutres à l’eau ABT Dual Brush Pen. Parallèlement, la déclinaison en français du site Tombow Europe s’est enrichie de nombreux tutoriels et de vidéos en lien avec les RS.  Les ambassadeurs y proposent des lives d’une heure autour d’un projet créatif, relayés sur Instagram. « Les retours sont positifs. D’ailleurs le chiffre d’affaires du site marchand est en forte croissance. » En complément, des ateliers sont à nouveau réalisés dans les magasins pour assurer la démonstration de produits. « Il s’agit d’élargir notre clientèle des experts beaux-arts à une population plus débutante en activités créatives et qui attend d’être guidée, conseillée… Et fidélisée. Là aussi les retours sont convaincants ! », précise Delphine Sylvestre.

Démocratiser les pratiques 

Afin de convaincre un public plus large, Tombow France se charge d’être innovant en anticipant les tendances créatives du moment et en y répondant par des sets créatifs tout en un qui permettent de réaliser un projet de A à Z : sets calligraphie, deux nouveaux sets aquarelle lancés en juin, sets bullet journal… « Le set permet de démocratiser une pratique. Il inclut, à côté des produits, une notice pas à pas pédagogique et un QR Code qui renvoie à des vidéos. »

La société a également noué un partenariat avec une école d’art qui ouvre ses portes à la rentrée dans le XVIe arrondissement parisien et propose des cycles de formation au grand public et aux entreprises. Toujours dans le même esprit, Tombow France a rejoint les fédérations professionnelles Ufipa et AIPB : « Une évidence pour nous de s’investir dans les instances de notre univers, et de travailler sur des projets communs », conclut Karl Seillé. A suivre donc, comme il se doit… 

C.M.