s'abonner

Le groupe Hamelin prend le contrôle de l’italien CoLibri

2 months, 1 week ago

Hamelin a annoncé aujourd’hui, lundi 8 novembre, l’acquisition de la majorité des actions de la société italienne CoLibri System SpA, créée voilà 20 ans à Milan.  Sa spécialité : offrir des solutions de de couvertures de livres scolaires ou non pour les points de vente de proximité. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. Affichant un chiffre d'affaires de 20 millions d‘euros, l’entreprise est principalement présente en Italie dans quelque 10 000 magasins mais également dans une quarantaine de pays dont la France, dans les points services des enseignes Cultura et Bureau Vallée, par exemple.  

« Nous sommes ravis d’annoncer cette acquisition et ce partenariat avec le management de CoLibri qui va venir enrichir le portefeuille de produits et de service que nous proposons à nos clients dans le monde entier et permettra l’accélération du développement de CoLibri System en Europe et en Australie », souligne Eric Joan, président du directoire du groupe Hamelin. Pour être totalement exhaustif, la marque est déjà commercialisée aux Etats-Unis ; dès lors,  l’Europe et l'Australie sont donc les deux priorités de Hamelin pour la développer. 

Et Aldo Fanetti, P-DG de CoLibri d’ajouter :  « Nous avons trouvé avec Hamelin le partenaire idéal afin d’accélérer la croissance de l’entreprise et de poursuivre la stratégie d’innovation qui nous anime depuis 20 ans. »

Contacté par PNP,  Eric Joan précise que cette entreprise sera conservée telle quelle même si Hamelin réfléchit à un “co-branding” comme, par exemple, CoLibri by Oxford. « Cette société a développé un vrai savoir-faire dans la protection des livres et son système permet d’apporter un service supplémentaire aux points de ventes auprès de leur clientèle. Jusqu’à présent, la marque est surtout installée en Italie. Pour autant, elle possède un réel potentiel de développement et elle va désormais profiter de la force commerciale de notre groupe.  CoLibri c’est de la valeur ajoutée pour les magasins et du  chiffre d’affaires additionnel. » 

Quant à la conjoncture, Eric Joan  reconnaît que depuis sa dernière intervention dans PNP rien n’a véritablement changé où les tensions sur les matières premières demeurent très fortes. « C’est une situation assez unique que je n’ai jamais connue dans toute ma carrière. Nous sommes obligés à réévaluer nos prix et les revendeurs sont conscients de cette situation qui les amènera à augmenter leurs tarifs. La conjoncture ne s’améliore pas.»

hamelin