s'abonner

Interview - Trodat : « Le tampon encreur demeurera toujours présent dans l’univers professionnel ! »

3 weeks ago

Rencontre avec Stéphanie Verrier,  président de Trodat France. Comme toutes les entreprises, la filiale française a été touchée par la crise Covid-19 et son confinement. Pour autant, la reprise est là en juin. Tour d’horizon. 

trodat

PNP : Comment s’est déroulée cette période de confinement ?  Avez-vous fermé la filiale française du groupe Trodat ? 

STEPHANIE VERRIER : L’entreprise n’a pas fermé à proprement parlé car notre logistique est demeurée opérationnelle en mars et en avril. En revanche, le reste des équipes a effectué du télétravail. De plus  notre service commercial a continué à fonctionner ; nous avons su conserver notre offre de services envers notre clientèle,  une démarche qui s’inscrit totalement dans l’ADN de la marque. 

Au début du confinement, nous avons rencontré quelques difficultés pour assurer nos livraisons car le monde du transport était très perturbé, situation qui s’est ensuite améliorée dès avril d'autant que le réseau de fabricants de tampons et graveurs est resté ouvert en partie. Nous devions leur assurer la bonne réception des colis afin qu’ils puissent honorer les commandes des hôpitaux notamment. En ce qui concerne les grands comptes (les fournituristes de bureau et les superstores - Ndlr), les commandes ont été quasiment nulles. D’une part, ces distributeurs possédaient des stocks, et, d’autre part,  leurs entreprises clientèles étaient alors en télétravail. Puis, en mai, les affaires ont repris progressivement. Si Trodat France a fonctionné durant ces deux mois en mode dépannage où nos ventes ont reculé de 50 % en mars et de 80 % en avril, depuis nous avons retrouvé une activité normale et je peux vous annoncer que le chiffre d'affaires de juin 2020 sera identique à celui de 2019, laquelle était déjà un bon cru. La reprise est là ! 

Avez-vous une explication à fournir ? 

Comme je vous l’expliquais,  Trodat France agit dans le marché B to B à travers deux circuits, les grands comptes distributeurs et les fabricants de timbres, les graveurs et les cordonniers, chacun totalisant 50 % de notre chiffre d’affaires. Pour revenir à votre question,  nous avons enregistré en 2019 une hausse de nos ventes de 5 % par rapport à 2018, celle-ci n’ayant pas été extraordinaire du fait, notamment, des gilets jaunes où nos ventes avaient alors reculé de 5 %. Nous avons su profiter l’année dernière de la bonne dynamique de l'économie de notre pays. Et nous retrouvons le même essor en juin car l’économie repart. Je tiens également à ajouter le fait suivant : Trodat est un groupe industriel familial, très solide financièrement, présent sur les cinq continent. Et il réalise un chiffre d’affaires d’environ 300 millions d’euros et emploie quelque 1 500 personnes.Trodat est et restera un acteur actif et majeur dans le marquage et fiable. 

Le groupe Trodat a-t-il pu profiter de l'arrêté de l’industrie chinoise dès janvier, notamment dans les tampons ?  

Le tampons chinois concernent majoritairement le marché des loisirs créatifs,segment dans lequel nous ne sommes pas présents. Trodat fabrique des produits pour les professionnels. Cependant, notre groupe possède une usine en Chine dont la production est dédiée au marché local. La production a redémarrée en mi-mars période où nous entrions en confinement… 

Ces deux mois ont mis en lumière tous les atouts du télétravail et de là l’omniprésence des outils numérique. Dans ces conditions, comment voyez-vous l'avenir du tampon ? 

Ce produit demeurera toujours présent dans l’univers professionnel.  Ses fonctionnalités répondent à divers usages toujours en cours malgré le développement du numérique.  Pour cela, il être à la fois écologique,  ergonomique, simple d’usage, offrir une empreinte nette… le tout avec un prix équilibré. Même si le digital entraîne une réduction des volumes de vente des tampons,  les entreprises en auront toujours besoin. Certes, certaines catégories ont aujourd’hui totalement disparue. Je vous donne un exemple : le tampon Lettre. voilà une décennie,  ce produit était notre best-seller dans la catégorie des tampons commerciaux. Qui plus est, il y aura toujours une administration en France, laquelle est une grande consommatrice de tampons ! N’oublions pas également que, dans notre culture,  il est très important de posséder une document papier certifié lors d’une transaction, quelle qu'elle soit. C’est le sceau et les usages professionnels y sont aussi attachés. Cela dit, qu'en sera-t-il pour les futures générations ? 

De plus en plus d'industriels développent  désormais leur propre site marchand.  Trodat va-t-il suivre ce chemin ?  

Nous n'aurons pas de site marchand ! Et cela pour deux raisons. Tout d’abord,  c’est lié au produit lui-même. Ce qui importe c’est le cachet personnalisé du client utilisateur de notre « boitier ». Ce produit étant personnalisé, il n’est pas stocké, et les distributeurs ont besoin de proposer à leurs  clients toutes les tailles. Ils offrent donc déjà un large choix de notre gamme. Voilà qui peut nous différencier des autres familles de produits où bon nombre de distributeurs ne prennent qu’une partie de l’offre des fournisseurs, ce qui n’est pas le cas pour les tampons. 

Ensuite, c‘est une question de services  ou comment savoir gérer industriellement la personnalisation de messages avec une organisation logistique adaptée.  La personnalisation à l’unité ; nous ne savons pas le faire. C’est en revanche le rôle de notre réseau de fabricants de tampons, de graveurs et de cordonniers. Notre stratégie est d’être présent là où sont nos clients usagers d’où l’importance grandissante du e-commerce. A nous, en revanche,  de convaincre nos partenaires distributeurs d’intégrer dans leurs outils notre logiciel de personnalisation de tampons, uTypia. 

Et quelles nouveautés allez-vous commercialiser dans les prochains mois ? 

En janvier dernier,  nous avons lancé le tampon de poche Pocket Printy… Par rapport au précédent,  son mécanisme d’ouverture est nettement plus simple, plus intuitif. De plus, nous l’avons habillé de couleurs plus funs et un présentoir de comptoir a été conçu comprenant huit modèles; ensuite, nous commercialiserons dans peu de temps le Trodat Vintage. L’idée est de mettre en valeur des emballages cadeau et autres création avec des messages particuliers comme “Fait avec amour,”  “Joyeux anniversaire” ou “Je t’aime”.  Trois univers sont proposés : fait à la maison;  félicitations et occasions spéciales. Et nous ajouterons prochainement un modèle dédié aux fêtes de fin d’année. Ces kit créatifs comprennent, outre un tampon, il comprend un boitier encreur et des étiquettes. C’est là un nouveau concept B to C pour Trodat;

Enfin, suite à la crise du Covid-19,  les mesures sanitaires dans les entreprises et les administrations prennent et prendront une place de plus en plus importante dans la vie des salariés. 

Pour cela, nous lançons auprès des sociétés une campagne de communication intitulée “Pour une fois on ne partage pas, à chacun son tampon !"et relayée par nos distributeurs. L’idée est que chaque personne puisse disposer de son propre matériel dont les tampons encreurs afin d’apporter sécurité mais aussi sérénité auprès de tous les collaborateurs. En somme, à chacun son Trodat ! 

Propos recueillis par Frédéric Leroi