s'abonner

Impressions et échanges RDC 2020  

3 weeks, 5 days ago

Jeudi 3 septembre, lors d’une conférence organisée par GfK concernant la rentrée des classes 2020, Vanessa Viquel,  à la tête de la société éponyme, faisait le constat suivant : « Les remontées terrain m’indiquent que les rayons en GSA sont toujours remplis (à la date du jeudi 3 septembre - Ndlr). Cela est surtout vrai pour la bagagerie.» Et d’ajouter, aussitôt : « A mon avis,  il semblerait que les familles ne souhaitent pas racheter de la bagagerie cette année en GSA. Ce qui n’est pas le cas dans les superstores où les ventes sont au rendez-vous. Même si des disparités existent entre les régions. Par exemple, les ventes ont décollé dans les stations balnéaires à la différence de celles des grandes métropoles, comme Paris.» Et Patrick Forveille, directeur général de Pilot Pen France, de faire remarquer : « J’ai été, cela dit, étonné de la vigueur des réassorts ces deux dernières semaines (semaines 35 et 36 - Ndlr) principalement dans les superstores.  Cette rentrée des classes me semble véritablement atypique.»

Et Vanessa Viquel de confirmer : « Le réassort est en effet important dans les superstores et pour les acteurs du on-line. Dans le même temps,  de grandes enseignes de la GSA comme Carrefour et Leclerc déclarent souhaiter sortir de la rentrée des classes dès ce week-end (week-end du 5 et 6 septembre - Ndlr).» 

« Ce qui nous a agréablement surpris, c’est la croissance exceptionnelle que nous avons enregistré à fin juin, laquelle s’est poursuivie jusqu’à la semaine 34 (du 17 au 23 août - Ndlr) où nos ventes étaient en progression de plus de 5 % » , remarque Marie Papin, directrice marketing UHU France. D’aucuns pensaient en effet que les ménages avaient anticipés leurs achats de la rentrée des classes pendant et juste après le confinement… ce qui n’a pas été le cas,  a priori.

Au 23 août, les prix des fournitures scolaires ont baissé en GSA de 2 %. D’où ce commentaire de GfK : « Bonne nouvelle pour les consommateurs. » Est-ce vraiment le cas ? A première vue,  oui,  mais au final,  ne sommes-nous pas en face d’une dépréciation lente mais certaine de la valeur du marché… « A mon avis, souligne Marie Papin, les raisons de cette baisse sont à rechercher,  notamment,  dans la multiplication cette année des lots, parfois jusqu’à 15 sticks de colle, ce qui est surprenant. De notre côté,  nous tentons de les limiter…» Il se peut également que certains ménages, de peur d’un reconfinement, concentrent leurs achats et stockent les produits au cas où… Comme le remarque Stéphanie Verrier,  la présidente de l’AIPB, les « industriels doivent conserver leurs moyens pour continuer à investir dans la recherche et le développement. C’est le rôle de notre association que de les défendre. Si les lots se sont multipliés cela a peut être pour origine l’inquiétude de certains foyers face à la Covid-19. Le virus circule toujours.» Et Vanessa Viquel de renchérir :  « La GSA réduit année après année son rayon permanent en papeterie préférant réaliser d’importantes opérations ponctuellement. On peut ou non le déplorer mais c’est la stratégie de la GSA d’où la multiplication de ces lots.» 

Quant à la question de savoir si cette rentrée des classes a vu un essor des achats de produits écologiques, Patrick Forveille, directeur général de Pilot Pen France, est formel : « Nous ne constatons pas une montée en puissance des produits éco-conçus à la rentrée. En revanche, nous percevons sans aucun doute un développement des articles rechargeables, quand une solution de recharge existe face à un article similaire que ne l’est pas.  Cela dit,  le critère numéro un demeure le rapport qualité/prix dans le choix de tel ou tel produit.» Constat similaire pour Vanessa Viquel :  « Avant la rentrée des classes, des distributeurs nous ont demandé des renseignements sur nos gammes de classement écologique mais, depuis, plus rien.  Je pense que cette question de produits verts n’est pas une priorité. »

 

(photo d'ouverture : Salvatore Ventura)