s'abonner

Hypers/supers : bilan définitif de la rentrée des classes 2019

2 years, 1 month ago

Le retournement de situation n’a pas eu lieu. Les ventes d’articles scolaires durant cette rentrée 2019 n’ont pas enregistré un nouveau rebond dans les hypermarchés et les supermarchés durant les dernières semaines. Cette année confirme le lent déclin de ces deux circuits durant cette période. Ainsi, selon les dernières données de GfK, entre le lundi 1er juillet et le dimanche 15 septembre, autrement dit de la semaine 27 à celle 37, les ventes dans les hypermarchés et les supermarchés ont reculé en valeur de 2,7 %, à 440 millions d’euros. En volume, la baisse est de 4,5 %, à 170 millions d’actes d’achats enregistrés. Il s’agit de la troisième baisse consécutive de la GSA depuis 2017.

Naturellement, ces deux circuits n’affichent pas les mêmes performances. Comme le note GfK, les supermarchés ont plus reculé à trois ans que les hypermarchés. Au global,  ces deux circuits ont enregistré depuis trois ans un repli en valeur de 8,7 % et de 2,7 % entre 2018 et 2019 comme nous l’évoquions tout à l’heure. Le chiffre d’affaires est ainsi passé entre 2016 et cette rentrée 2019 de 482,1 millions à 440 millions.

Par circuit,  les hypermarchés ont vu leurs ventes en valeur s’éroder de 7,9 % durant ces trois dernières rentrées, et de 2,7% sur la rentrée 2019 par rapport à celle de 2018. Pour les supermarchés, les pourcentages sont respectivement des baisses de 15,5 % et de 2,5 %.

Constat similaire cette fois cette fois pour les ventes en volume (millions d’actes d’achat).  Ensemble, les deux circuits affichent un repli de 12,6 % pour les trois dernières années et de 4,5 % en 2019 par rapport à 2018. Là aussi, les supermarchés enregistrent des résultats plus mauvais en valeur que ceux de la grande surface alimentaire : - 15,7 % en trois ans et - 1,6 % en 2019. Pour les hypermarchés, le recul est respectivement de 12,2 % et de 4,8 %.

Finalement, ces chiffres étrillent un peu l’idée reçue qui veut que l’hypermarché est en perte de vitesse depuis quelques années (format trop grand, manque de services) au profit de format de magasins plus petits et plus proches des consommateurs, comme les supermarchés.

Par catégorie de produits,  GfK remarque que dans « un marché en recul, dans un circuit en difficulté, les adhésifs et colles sont les catégories qui résistent le mieux en valeur » entre la semaine 27 et celle 37. Cette famille affiche ainsi une hausse, ô certes légère, de 1 % mais c’est la seule. Ainsi, l’écriture est en repli de 4 %, comme les accessoires, le papier est en recul de 1 % et le classement, la plus forte baisse, de 5 %… En revanche, en volume, aucune de ces familles n’est dans le positif en volume. Cela dit, par circuit, les colles et adhésifs se distinguent dans les supermarchés avec des hausses en valeur de 7 % et en volume de 5 %, ce qui n’est pas le cas dans les hypermarchés (respectivement 0 % et - 5%).

Pour être plus exhaustif, GfK France a étudié  l’évolution des ventes par circuit semaine après semaine. Que constate-t-on ?  Les hypermarchés ont enregistré leur pire semaine entre le lundi 12 août et le dimanche 18 août (semaine 33) avec une chute des ventes en valeur de 14,1 % par rapport à la même période un an plus tôt (- 29,1 % en volume). Dans le même temps, les supermarchés affichaient un repli de 12,7 % (- 14,2 % en valeur). Il est vrai que le jeudi 15 août a incité beaucoup de ménages à prendre quelques jours de vacances. La preuve : une semaine après (semaine 34), les hypermarchés sont en augmentation de 14,1 % toujours en valeur et les supermarchés de 3,1 %.

Dernier enseignement de l’enquête GfK pour cette rentrée des classes 2019 en hypermarchés et en supermarchés, et pas le moindre : une concentration accrue des achats de la part des ménages français.  Le versement de l’allocation rentrée des classes, le 20 août, soit un peu moins de deux semaines avant la rentrée du 1er septembre,  a eu pour conséquence de réduire le pic des ventes sur trois semaines au lieu de quatre ces dernières rentrées.

Quoi qu’il en soit, il ne faut perdre de vue malgré ces mauvais résultats que les hypermarchés et les supermarchés représentent le principal débouché des fournitures scolaires par rapport aux autres circuits…

L’ensemble de l’étude Gfk ici