s'abonner

Hausse des matières premières - Entretien avec Emmanuel Lombard, DG de Fellowes France

5 months ago

On constate depuis quelques mois une forte (voire très forte) hausse des matières premières en général : bois, acier, panneaux agglomérés, carton, emballages, palettes, mousse etc., ainsi qu’une hausse parallèle des coûts du transport. Comment les entreprises réagissent t-elle ?  Entretien avec Emmanuel Lombard, directeur général France de Fellowes 




PNP : Dans quelle mesure êtes-vous impactés par ces différentes hausses ?  

EMMANUEL LOMBARD : Nous sommes impactés sur tous les produits que nous faisons fabriquer en Asie du sud-est du fait de l’augmentation des prix de transport. L’impact varie en fonction de la valeur totale des marchandises que nous pouvons transporter par container. Cela évolue en moyenne entre 2 % et 10 %.

Les matières premières ont effectivement également toutes très fortement augmenté. Certaines catégories de produits ont même été impactées jusqu’à 25 % depuis novembre 2020. Une partie des augmentations a cependant été compensée par des bénéfices liés aux taux de change et à des gains de production, mais cela ne compense absolument pas les variations sur le transport et les matières premières.

Quelle stratégie a mis en place Fellowes face à ce phénomène mondial ?

Nous augmentons les prix de certaines catégories de nos produits et machines dès le mois de juillet et nous prévoyons une augmentation générale au mois de janvier prochain. Il est évident que nous ne pourrons pas répercuter, dans l’intégralité, les augmentations auxquelles nous devons faire face. Il conviendra alors d’observer comment se positionne le marché en général afin de rester compétitif tout en restaurant une partie de nos marges.

Quelle visibilité avez-vous sur les mois à venir ?

La soudaineté et la magnitude des augmentations est sans précédent. Personne ne peut prédire l’avenir mais on pourrait penser qu’après une surchauffe liée, dans un premier temps, à la chute de la demande ayant entraînée une rupture de la chaîne d’approvisionnement, puis une forte reprise de la demande conduisant à une pénurie de conteneurs, et des augmentations de matière qui peuvent aussi paraître opportunistes, nous pourrions retrouver une situation plus stable et envisager une baisse des coûts de transport, ainsi que de certaines matières. Mais tout cela n’est que supposition...

Ce phénomène mondial pourrait-il retarder la sortie de nouveautés ? Créer une pénurie de certains de vos produits ?

Pas à ma connaissance. Le développement de nos produits (principalement des machines) est un process assez long (environ 2 à 3 ans) et les à-coups temporaires de ce type, n’influent pas sur nos décisions.

Propos recueillis par Catherine Mandigon