s'abonner

Fédération Eben :  « Le commerce doit s’adapter aux nouveaux enjeux environnementaux ! »

1 month, 1 week ago

Une nouvelle année placée, entre autres,  sous le signe de l’environnement pour la fédération Eben présidée par Loïc Mignotte. Et dans le cadre de son concept Le bureau de demain, la fédération souhaite créer un label RSE pour tous ses adhérents.

(en photo) Delphine Cuynet,  directrice générale de la fédération Eben

 eben

Avec un mois de janvier qui a battu des records de chaleur et un mois de février qui semble prendre le même chemin,  qu’on le veuille ou non,  la question de la préservation de l’environnement et tout se qui s’y rattache devient primordiale. Tous les secteurs d’activités sont concernés, dont celui du commerce.  Comme le soulignait dans notre précédent numéro (PNP n°432 p. 36) Emmanuel Le Roch, le délégué général de la Fédération pour la promotion du commerce spécialisé Procos, « il existe une accélération de la prise de conscience des questions liées à l’écologie ». A tel point que le 11 février dernier, les 19 branches professionnelles du commerce réunies au sein de l’Opcommerce, dont est rattachée la Fédération EBEN, ont signé un accord cadre national d’Engagement de développement de l’emploi et des compétences (EDEC) et dénommé  EDEC Ecoprospective commerce 2020-2022. Lequel accord s’inscrit dans le cadre du Plan d’Investissement dans les compétences (PIC) du ministère du Travail.  Deux axes sont à retenir. Le premier concerne la transition écologique où comment aider la filière du commerce à transformer son modèle.  Quatre fiches ont été établies pour aider à cette conversion : étude sur les impacts de la transition écologique sur les emplois et compétences du commerce à moyen terme. Ingénierie de formation et pédagogique sur les compétences liées à la transition écologique. Diagnostic et accompagnement des entreprises à l’enjeu de la transition écologique. Transfert de compétences pour l’accélération de la transition écologique dans le commerce.  Le second concerne celle d’anticiper les métiers et les compétences de demain.  « Voilà quelques années, aux alentours de 2015, se souvient Delphine Cuynet,  directrice générale de la fédération Eben, nous avions suggéré à nos adhérents la création et la mise en place d’un label RSE (Responsabilité sociétale des entreprises), lequel viendrait ainsi en complément de notre charte. Mais la conjoncture économique était alors nettement plus compliquée que celle que nous connaissons finalement ces dernières années et peut être qu’à l’époque les mentalités n’étaient pas prêtes à écouter et comprendre un discours environnemental. »

Raconter une histoire aux jeunes

eben

Et la directrice générale de la fédération d’ajouter : « Aujourd’hui,  les questions écologiques prennent une place de plus en plus importante dans le commerce, notamment dans les appels d’offres. » A tel point que certains adhérents ont beaucoup de mal à recruter des jeunes dans leur entreprise. Outre la qualité de vie au travail, ils attachent beaucoup d’importance à la manière dont telle ou telle société agit pour l’environnement.  « Le montant du salaire ne suffit plus pour ces futurs salariés. Ils sont à la recherche de sens et l’entrepreneur se doit de leur raconter une histoire. La RSE en est une ! » Les préoccupations environnementales concernent tous les revendeurs adhérents à Eben et bien au-delà naturellement. Pour que l’écosystème de la papeterie et de la fourniture de bureau au sens large puisse perdurer et continuer à recruter, tous les acteurs doivent  prendre ce problème à bras le corps. Ce qui est toujours plus facile à écrire qu’à réaliser, bien évidemment, mais qui ne tente rien…

A cet égard,  la fédération poursuit son action engagée l’année dernière intitulée Le bureau de demain. Ce qui ne semblait pas aller de soi forcément début 2019 devient une évidence début 2020. La thématique d’Eben intègre la problématique écologique. « Nous devons nous occuper de cela et c’est même une opportunité de rebond pour les distributeurs », renchérit Delphine Cuynet. L’innovation passe aussi par là, comme la manière d’appréhender la gestion des déchets,  la livraison des commandes à travers une logistique responsables, etc., à l’image, par exemple, de ce que réalisée Lyreco France dans la capitale. Une fois déchargés de la péniche, les colis sont transportés au client final par des Cyclofret, vélos utilitaires à assistance électrique. Et les exemples sont de plus en plus nombreux.

« Dans le cadre de notre action Le bureau de demain, nous allons remettre en route notre chantier pour la création d’un label »,  annonce Delphine Cuynet. Ce travail sera effectué en partenariat avec l'agence de communication spécialisée dans  les organisations professionnelles, OP Booster.

Nouveau palier

eben

Au-delà des problèmes environnementaux, ô combien importants, d’autres plus classiques apparaissent. Comme toutes les organisations, Eben est arrivée à un palier et se doit de trouver les moyens de rebondir. Autrement dit, ne pas s’endormir sur ses lauriers. Actuellement la fédération, présidée par Loïc Mignotte, compte plusieurs milliers d’adhérents, lesquels ont un besoin croissant de services et de conseils. Fort logiquement, Delphine Cuynet et ses équipes ont organisé différentes réunions entre les adhérents eux-mêmes,  les partenaires, notamment les bureauticiens comme Ricoh, Sharp ou Konica Minolta pour ne citer qu’eux,  les présidents des différentes commissions de la fédération…  afin de connaître les attentes de tous ces acteurs. Résultats des courses, et ce n’est guère surprenant,  ils souhaitent, d’une part,  que la fédération les aide encore plus dans le développement de leur chiffre d’affaires,  et, d’autre part, faire accroître le nombre d’adhérents. « Conclusion, constate Delphine Cuynet, nous allons travailler toujours dans le cadre de notre Bureau de demain  à la mise en place d’une commission mixte, réunissant à la fois des adhérents et des acheteurs issus, soit de l’Administration, soit du secteur privé. Nous pourrons, entre autres,  travailler sur le label RSE en B to B, voire pour le B to C dans un second temps. C’est un de principaux, pour ne pas dire le principal,  chantiers de cette année. Le commerce doit s’adapter aux nouveaux enjeux environnementaux de notre société ! »

Les métiers de demain

eben

Parmi les autres axes de travaux,  qui sont finalement dans le prolongement du premier, la fédération compte ajouter du contenu à son offre avec  comme objectif de devenir un expert dans les domaines qu’elles abordent, notamment celui des nouvelles tendances du travail. Pour cela, une commission Innovation sera mettre mise en place. Elle sera composée d’un représentant par métier : IT/Télécoms,  papeterie et fournitures de bureau,  mobilier, impressions et services graphiques. « Ces personnes devront avoir une véritable vision de leur marché et leur mission sera de créer du contenu, explique la directrice générale de la fédération, comme la question des métiers de demain,  les évolutions à attendre dans les espaces tertiaires, la création de nouvelles passerelles entre plusieurs métiers, etc. » Autrement dit,  le travail ne manquera pas pour ces experts.

Par ailleurs,  il est toujours préférable pour une personne,  une organisation, une entreprise,  de s’appliquer à elle-même les principes qu’elle énonce. Comme nous le signalions plus haut,  le thème Le bureau de demain englobe la qualité de vie au travail et une petite révolution est programmée au 61, de la rue Ampère à Paris, siège de la fédération. En septembre,  les locaux seront totalement réaménagés et adaptés aux critères d’aujourd’hui. Qui plus est,  un showroom sera installé ;  les visiteurs y retrouveront les dernières tendances sen matière d’environnement de bureau.

Parmi les autres priorités, Delphine Cuynet envisagerait éventuellement de mettre en place une plateforme numérique commune entre les commissions et les acheteurs. «  Nous possédons déjà un annuaire électronique. Soit nous le retravaillons pour l’améliorer, soit nous créerons cette plateforme »,  prévient-elle. Réponse dans quelques mois…

 F. L. 

eben