s'abonner

Electronique/informatique : pour la FICIME, « le rebond se fait attendre »

3 weeks, 1 day ago

Bilan d’étape suite à la crise du Covid-19 pour la  FICIME, Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l’électronique, qui regroupe notamment le Sness2i (Syndicat national des entreprises de solutions et de systèmes d’information et d’impression) et le SGI  (Syndicat des grossistes en matériel informatique). 

Pour le premier semestre,  dans le secteur  B to B to C, les entreprises adhérentes ont enregistré une chute de leur chiffre d’affaires de 11,8 % ; la prévision initiale d’avant de Covid prévoyait une hausse de 2,6 % de l’activité.  A noter : l’informatique, l’électronique et les matériels d’impression ont subi des reculs d’environ 7 % chacun. A titre de comparaison, les matériels pour espaces verts et les outillages électroportatifs ont vu leurs ventes reculer de 22 %. Quant aux prévisions du second semestre, elles ne sont guère encourageantes. Au global,  le repli devrait être de l’ordre de 1,7 %. Par familles de produits,  l’informatique devrait reculer de 6,6 %. En revanche,   l’électronique et aux matériels d’impression devraient enregistrer une hausse légère de leur activité, de 1 %. 

Cependant,  le recul a été plus marqué en B to B au premier semestre,  ce qui n’est guère étonnant beaucoup d'entreprises ayant fermé leurs bureaux.  Ainsi, le recul est de 19,3 % au global (les adhérents tablaient sur une hausse de 1,8 % avant la crise). Par secteur,  ils existent de grandes disparités. A titre d’exemple : 

Reconditionnement informatique et électronique  : - 2,9 %

Machines d’emballage et de process : -5,4 %

Grossistes informatiques  : -7,4 %

Electronique professionnelle : -27,9 % 

Impression professionnelle  : -19,3 %

Pour le second semestre,  les entreprises s’attendent à un recul général de l’activité de 8,2 %. 

ficime

« Nos entreprises ont dû faire face à une crise inédite, sanitaire d’abord, économique et sociale désormais qui risque de se prolonger, souligne Alain Rosaz, président de la FICIME. Car après la baisse du premier semestre, le rebond se fait attendre. Avec une consommation qui tarde à vraiment repartir et dans le domaine de l’investissement, des chantiers qui repartent peu voire pas. Face à cette conjoncture difficile, nous mettons tout en œuvre pour accompagner nos entreprises adhérentes, afin de les informer au mieux des dispositifs exceptionnels heureusement mis en place par les Pouvoirs publics. »