s'abonner

Economie circulaire - Bureau Vallée se lance dans les imprimantes reconditionnées

2 days, 8 hours ago

A l’image du site Back Market, l’enseigne Bureau Vallée expérimente les imprimantes reconditionnées. La franchise, qui n’est pas à son coup d’essai dans ce domaine, a l’ambition d’amplifier cette démarche présentée comme vertueuse. 

(en photo) Sébastien Tréguier, responsable de l’achat et du marketing 

« Les éco-produits sont porteurs de valeurs fortes que nous partageons. Ils permettent de recycler d’anciens matériaux donc de réduire les déchets et ainsi de limiter la pollution. Chez Bureau Vallée, nous avons lancé le rachat de cartouches et les premières cartouches remanufacturées dès 1994, et nous sommes aujourd’hui leaders sur ce segment en France », précise Sébastien Tréguier, responsable de l’achat et du marketing chez Bureau Vallée.

L’étape suivante portait sur les calculatrices scientifiques. Depuis cinq ans, Bureau Vallée rachète, remet en état de marche puis vend ces produits à un prix bien entendu inférieur au neuf. 

20 % du chiffre d’affaires high-tech

« Un type de produit reconditionné qui a très bien fonctionné au départ et dont la croissance s’est ralentie pour des raisons de règlementation mais qui va repartir et auquel nous croyons beaucoup. La difficulté reste la collecte mais une fois le produit sur la broche, il se vend immédiatement ! » La téléphonie est un autre secteur sur lequel les produits reconditionnés ont du sens : Bureau Vallée a fait le choix de proposer, au-delà des Iphone et Smartphone, également des PC, des disques durs… 20 % du chiffre d’affaires high-tech se fait en reconditionné. « Sur 2020, la croissance a été de cinq points et je suis persuadé que ce mouvement va s’accélérer. »

Concernant les imprimantes, après un premier essai en 2014, une expérimentation est menée depuis plusieurs mois dans la magasin d’Agen : durant le Covid, au moment de la pénurie, l’équipe a eu l’idée de s’associer avec un ancien salarié pour réparer des imprimantes et les remettre en vente. 

Retours sont très positifs

« Cela a a très bien fonctionné. Ils ont ainsi remanufacturé plus de 200 imprimantes, garanties 6 mois, avec en complément des cartouches reconditionnées. Une chaîne vertueuse. » Mais transposer cette démarche à tous les magasins au plan national reste cependant compliqué au plan logistique et perd du sens en ajoutant le transport qui alourdit le bilan carbone. « L’idée est plutôt d’organiser un modèle au plan local. La collecte est gérée par le magasin, le réparateur doit avoir la compétence de mesurer rapidement si l’imprimante est réparable facilement. Il semble qu’un tiers environ des machines collectées n’exigent qu’un nettoyage approfondi pour fonctionner à nouveau. Nous testons actuellement ce modèle dans quelques magasins (banlieue parisienne, siège de Clayes-sous-Bois, Castres, Vichy). Les premiers retours sont très positifs, aussi allons-nous mettre l’accent sur la communication afin de faire connaître ce service et d’inciter nos clients à ramener leurs imprimantes en magasin. » Agen dispose d’un spot radio et d’affiches 4x3. « Notre ambition est de dupliquer cette approche dès 2022 comme nouveau modèle économique autour d’un partenariat magasin-autoentrepreneur réparateur. Tout le monde y trouve son compte y compris le consommateur. » De plus, la pénurie actuelle de composants et matières premières devrait encourager ce marché du reconditionné. Tout l’enjeu est de proposer la même garantie que pour du neuf afin de rassurer les consommateurs.

Garantie de 6 mois 

Bureau Vallée imagine élargir cette approche à d’autres produits au fil des mois. « C’est un plus différenciant et nous devons tous aller dans cette direction. Globalement, les éco-produits garantissent un meilleur respect de l’environnement. Ils sont fournis dans un emballage cartonné et recyclable, conçu sur mesure dans une entreprise française. Toutes les fonctions du produit sont testées et contrôlées. Le prix est très attractif par rapport au matériel acheté neuf. La garantie est de 6 mois à un an, selon le produit. Enfin, cette démarche permet de créer de l’emploi en France et de faire fonctionner l’économie nationale. »