s'abonner

Crise - Exacompta agendas : « La crise liée au Covid-19 va accélérer et intensifier une modification comportementale déjà largement engagée.»

1 week, 5 days ago

Comme ses confrères, Exacompta avoue disposer à ce jour de très peu de de visibilité sur les résultats de l’année 2020. Tout en notant cependant qu’elle pâtira inévitablement de l’incidence des gilets jaunes, des différentes grèves des transports et… de l’épidémie de Covid-19. « Cependant, l’usine du canal Saint-Martin à Paris n’a pas arrếté sa production. Une partie du personnel absent a été remplacé par des intérimaires, et toutes les précautions ont été prises très rapidement afin de garantir une totale sécurité aux salariés », explique Muriel Vernois, chef de projets Agendas année civile.

Une fabrication française qui permet au groupe d’assurer qu’il n’y aura pas de rupture de stock dans les agendas et que les livraisons se feront normalement. « Un choix revendiqué depuis plusieurs années par la société qui mise sur la proximité et intègre le développement durable très concrètement. »

(en photos) Parmi les nouveautés 2021, Ginkgo, une gamme féminine qui privilégie un décor végétal tendance Art Nouveau. 

exacompta

Concernant le marché des agendas civils, Florence Breton-Remia, directrice commerciale, note une légère érosion en termes de volume (4 % par an environ) qui se poursuit chez Exacompta mais sur certaines familles bien spécifiques comme les « Blocs Pratic » avec support bois  (5 à 8 % par an) ou les agendas de bureau cartonnés noir à usage exclusivement professionnel. Cependant, le chiffre d’affaires est globalement stable, grâce à la stratégie d’Exacompta depuis quelques années de montée en gamme avec des produits à valeur ajoutée.

On peut légitimement s’interroger sur l’évolution de la distribution suite à l’épidémie sanitaire du Covid-19. « On va inévitablement perdre des distributeurs, les plus fragiles, des magasins de proximité. Exacompta mise sur l’omnicanalité mais l’entreprise n’a pas pour l’instant choisi de faire du B to C. Cependant, en développant le drop shipment, nous nous sommes ouverts à une forme de distribution différente, avec les sites de nos clients comme vitrine et notre logistique qui livre directement aux particuliers. Je pense que la crise liée au Covid-19 va accélérer et intensifier une modification comportementale déjà largement engagée. Et dans cette optique, nous travaillons en bon partenariat avec nos distributeurs internet. Amazon ne doit pas être la seule solution de rechange. L’enjeu de demain sera de leur permettre une plus grande agilité car les commandes internet se feront en dernière minute et il faudra donc pouvoir lancer une fabrication très rapidement », conclut Florence Breton-Remia (retrouver l’article complet dans le prochain PNP Mag).