s'abonner

Copacel – L’industrie papetière réclame la prise en compte de son  rôle essentiel dans la vie de la Nation

1 week, 2 days ago

« Moi aussi, je suis indispensable au maintien du pays pour lutter contre la pandémie » : tel aurait pu être prononcé ainsi le cri d’alarme lancé par l’industrie papetière à travers l’association Copacel (Union française des industries des cartons, papiers et cellulose). Dans un communiqué, tout en saluant la mise en place du plan d’urgence sanitaire mis en place par le gouvernement contre le Covid-19, l’association demande aux pouvoirs publics que cette industrie soit reconnue comme l’un des « secteurs particulièrement nécessaires à la sécurité de la Nation ou à la continuité de la vie économique et sociale »… Objectif : permettre à ce secteur de poursuivre ses activités. Et la Copacel d’avancer plusieurs raisons, tout à fait justifiées :

-Sans papiers et cartons d’emballages, la production de caisses de conditionnement, sacs, cartonnettes, devient impossible et bloque les chaînes logistiques (biens alimentaires, médicaments, matériel médical….) ;

-Sans papiers d’hygiène et pâte de cellulose (mouchoirs, essuie-mains, etc.), viendraient à faire défaut des articles indispensables à la santé publique et permettant la rupture de la propagation du virus ;

-Sans papiers graphiques et spéciaux, les notices de médicaments, les papiers pour masque chirurgicaux ne pourraient plus être utilisés par les industries aval.

«  Une telle démarche permettrait en effet de donner un sens à l’implication professionnelle des salariés, dans un contexte où, de manière compréhensible, beaucoup d’entre eux, en dépit des mesures drastiques de protection prises par les entreprises papetières, se posent la question de savoir s’ils doivent se rendre sur leur lieu de travail », remarque l’association.

Et la Copacel de signaler que plusieurs papeteries sont d’ores et déjà  en train d’arrêter leur production. Le papier, et plus largement la cellulose, est indispensable à la vie du pays ; personne n’en doutait. Mais quid du gouvernement ?