s'abonner

Circuit superstores  : une activité en léger retrait en 2020

2 weeks, 1 day ago

« Depuis longtemps,  les superstores sont les bons élèves, néanmoins 2020 a été pour le moins une année compliquée et a marqué un coup d’arrêt à la croissance de ce circuit, remarque Lucas Levasseur, consultant marketing senior papeterie.» L’activité papeterie est en repli 8,1 % en valeur dans ce circuit, à 193 millions d’euros, entre janvier et novembre 2020 par rapport à la même période un an plus tôt.  Pour mémoire,  et à titre de comparaison, les ventes étaient de 175 millions d’euros en 2015 (de janvier à décembre) et elles n’ont pas cessé de grimper  : + 4,2 % en 2018, à 220 millions ;  + 2,2 % en 2019, à 225 millions. 

En cause, le deuxième trimestre 

Quoi qu’il en soit, si les ventes ont reculé de 8,1 % en valeur,  la baisse est identique en volume (en unité commercialisée) toujours entre janvier et novembre de l'année dernière. La papeterie auditée par GfK France regroupe 46 catégories réparties dans six grandes familles : écriture,  accessoires de traçage,  adhésifs, classement,  papier façonné et papier reprographique. Et Carole Beyly, également consultante papeterie, d'ajouter : « 2020 demeurera comme une année mitigée pour les superstores car les ventes ont été en hausse de 1,8 % en valeur lors de la rentrée des classes. Mais le deuxième trimestre a fortement pénalisé ce circuit avec une baisse d’environ 40 % de l’activité. Et le reste de l’année n’a pas permis de compenser ce repli. »

Rien de catastrophique

Au moment où nous écrivons ces lignes, les résultats du mois de décembre ne sont pas encore connus. Peut-on s’attendre à un rebond après un mois de novembre négatif ? Un fait est quasi certain : les ventes globales seront inférieures aux 225 millions obtenus en 2019 et devraient tourner aux alentours de 220 millions… Rien de catastrophique.  « D’une manière générale,  les clients ont du mal à revenir dans les magasins physiques.  Il existe un certain attentisme de leur part et tous ne savent pas ce qui est ouvert ou pas et ils vont au plus simple, la GSA et l’e-commerce », constate Lucas Levasseur. Le Conseil du Commerce de France (CdCF) ne dit pas autre chose cette fois pour l’ensemble du commerce spécialisé.  Malgré la mise en place des différentes mesures sanitaires, malgré la mise en place de la nouvelle jauge de 8 m² de surface de vente par client, la fréquentation des points de vente ne repart pas à la hausse et les stocks sont encore élevés. Autrement dit,  le pli du e-commerce est pris. D’où cette prévision de William Koeberlé, président du CdCF : « De nombreux commerçants pourraient décider de baisser définitivement leur rideau pour éviter de creuser leurs pertes et faire perdurer une situation économique insurmontable. » Et d’ajouter : « Nous comptons donc vivement sur l’État pour soutenir les entreprises du secteur et pas uniquement les plus petites car plusieurs réseaux d’enseignes sont proches de la cessation définitive d’activité, même si cela n’apparaît pas encore dans les statistiques des tribunaux de commerce sur les défaillances d’entreprises.» 

Des tops et des flops… 

gfk

Par produit, les résultats varient d'une catégorie à une autre dans ce ciurcuit. Ainsi,  durant les onze premiers mois de 2020, les feutres de coloriages ont enregistré une hausse de 6,3 % de leurs ventes dans les superstores,  à 1,3 million d’euros. « Les parents ont continué à acheter ces articles même après le premier confinement, poursuit Carole Beyly. Nul n’aurait cru cela en janvier de l’année dernière.»  Dans la même lignée, les craies de coloriage ont connu une hausse à deux chiffres (16,1 %) même si le chiffre d’affaires est plus faible, à 93 000 euros. Les destructeurs de documents se sont également inscrits en hausse avec une progression des ventes de 2,3 %, à 5 millions,  comme les ciseaux avec une progression de 1,5 % en valeur, à 1,5 million. Ces différentes augmentations ne sont que le reflet de l'essor du télétravail et de l’école à la maison. Parallèlement, d’autres familles ont été à la baisse l’année dernière,  à l’image des pochettes, en repli de 14,7 % en valeur, à 5,9 millions,  et des dossiers suspendus en retrait de 20 %,  à 1,9 million.  Quant aux manifold, la chute est de 14,4 %, à 4,5 millions. A noter également que le papier, la plus importante catégorie dans l'absolu,  a vu ses ventes reculer de 9,2 %, à  38 millions. «  Le marché de la papeterie dans les superstores s’est stabilisé en 2020. Certes,  le recul de 8,1 % est gênant, mais il n’y a pas eu d'effondrement, conclut Lucas Levasseur. Ce circuit ne peut que rebondir. » Et poursuivre sa marche en avant…