s'abonner

Assemblée générale de l’UFIPA 2020 : ce qu’il faut retenir

2 weeks, 1 day ago

« 2020, une année exceptionnelle, une année inédite », commentait d’emblée Christophe Le Boulicaut, président par intérim de l’UFIPA, en inaugurant l’assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue hier, mardi 15 septembre. Laquelle, rappelons-le, s’est déroulée en visioconférence, Covid-19 oblige. 

Et d’ajouter,  aussitôt :  « Cette crise a bouleversé de manière durable notre façon de vivre. Il est trop tôt pour tirer un bilan définitif. Néanmoins,  notre filière a su faire front. Les entreprises ont fait preuve d’agilité,  de responsabilité envers leurs salariés… et certaines se sont également réinventées. L’UFIPA, en collaboration étroite avec la fédération EBEN que je tiens au nom de tous ici à remercier pour son rôle actif durant la crise, a été à la hauteur des enjeux.  Je terminerai en soulignant que cette crise a permis de faire rejaillir les fondamentaux de notre profession, à savoir le respect,  le dialogue et la qualité des relations entre les différents acteurs. » 

Par la suite, les participants (l’UFIPA regroupe 57 adhérents) ont approuvé le rapport financier de l’exercice 2019, les budgets 2020 et 2021… et la modification des statuts. Ceux-ci dataient en effet de 1990 et avaient besoin d’être actualisés. Parmi les changements, le plus important sans aucun doute concerne l’article 11 où il est écrit qu’il est désormais possible de tenir une assemblée générale à distance, par visioconférence. Nouvelle preuve, s’il en était besoin, du changement de société que nous vivons. « Nos métiers évoluent avec la Covid-19 et nous nous devions de faire évoluer, d’élargir, la notion de profession papetière avec l’arrivée de nouvelles familles de produits », ajoute Christophe Le Boulicaut, comme l’essor des ventes de produits d’hygiène et de sécurité. Ces nouveaux statuts ont été adoptés également à l’unanimité.  

Plusieurs chantiers ont été menés durant cette mandature, dont la création d’un nouveau logo. Plus moderne, plus stylisé, il revalorise l’image de la profession. A cela s’ajoute la création d’un nouveau site pour l’UFIPA.

En cours de reconstruction, la nouvelle version devrait être opérationnelle d’ici à décembre. Outre une nouvelle arborescence, il accueillera un espace pour les adhérents beaucoup plus développé que l’actuel.  

Cependant,  cette mandature restera comme celle de la mise en place d’un nouveau mode de transmission et d’échanges des données produits entre fournisseurs et distributeurs avec le système mis au point par PBS Network. 

Néanmoins,  deux thèmes devront être améliorés dans les trois ans à venir : la promotion de la filière et le développement des études en partenariat avec GFK. Ces deux chantiers qui reviendront au futur président, qui sera issu du collège distributeur pour un mandat de trois ans. Nous aurons l’occasion d’y revenir, l’élection, à distance, devant se dérouler d’ici à trois semaines au plus tard.  

La fin de l’assemblée générale a été consacrée au renouvellement partiel du comité directeur. Pour le collège distributeurs, 4 candidats étaient en lice pour 5 mandats disponibles. Autrement dit,  Laurent Proy (Alkor), Nicolas Potier (Bruneau), Loïc Mognotte (EBEN) et Alain Josse (Raja) ont été élus… Changement de décor pour le collège fournisseurs où cinq candidats se sont présentés pour 3 mandats, théoriquement. Car, à la suite de l’absence d’un cinquième candidat chez les revendeurs, et afin de conserver la parité entre fournisseurs et distributeurs au sein du comité de directeur (24 membres en tout), seuls 2 mandats étaient à pourvoir chez les fabricants. Étaient en lice : Pierre Dambricourt (CEP Office Solutions), Maxime Brasseur (Mitsubishi Pencil), Eric Dumas (Talens France), Franck Baron (Durable), Jérôme Guérin (Esselte); les deux derniers candidats ont été élus. 

Parmi les échanges qui ont suivi, il est à noter l’intervention de Guillaume de Feydeau, président d’Office Depot France, qui s'interrogeait une nouvelle fois sur le point suivant : pourquoi ne pas regrouper l’UFIPA et l’AIPB, ces deux organismes agissant déjà de concert ? Tout naturellement, Stéphanie Verrier, à la tête de l’AIPB, a tenu à rappeler à l’auditoire que l'association qu’elle préside depuis un an  « travaille depuis très longtemps en étroite collaboration avec l’Union de la filière papetière. Cependant, certaines problématiques des industriels sont parfois différentes de celles qui occupent l’UFIPA ». Voilà en tout cas une question qui mériterait un débat approfondi. A la suite de l’assemblée générale, les congressistes ont pu assister, toujours en visioconférence,  à la présentation de l’étude filière 2019 présentée pour la première fois par GfK France, puis l’intervention de l’économiste Eric Heyer, directeur du département analyse et prévision à l'OFCE. Rendez-vous en juin 2021 pour le prochain congrès…