s'abonner

Arts créatifs - Interview - AFCALE : « Nous vivons une situation pour le moins inédite.  »

2 weeks, 4 days ago

L’AFCALE a lancé récemment un appel dans une lettre ouverte aux distributeurs pour plus de compréhension face aux nouvelles tensions du marché : hausses du prix de matières premières, du transport… comme nous le relations dans notre précédent numéro. Plus d'explications avec Isabelle Bové-Mengelle, présidente de l’AFCALE, également directrice générale de Talens France. 

Afcale

PNP : Dans la lettre ouverte,  l'association parlait de hausses de tarifs. Qu’en est-il ? 

ISABELLE BOVÉ-MENGELLE : En ce qui concerne la société que je dirige, Talens France, il a été décidé de passer une hausse, et il me semble que d’autres sont également contraints de faire cet ajustement en cours d’année. Néanmoins, depuis de nombreux mois maintenant, nous subissons de la part de nos fournisseurs des hausses sérieuses de coûts, qui continuent de s’amplifier, et prenons sur nos marges. Nos distributeurs font également face à des contraintes économiques sévères, tout en sachant, qu’au final, le client ne voit pas son pouvoir d’achat progresser en cette période d’incertitude. La situation est problématique. Nous sommes dans une sorte de bulle où depuis le premier confinement de mars 2020 le développement des arts créatifs n’a pas été démenti. Communiquer voilà quelques semaines sur les ruptures de matières premières et les nombreuses hausses, permet de rendre plus compréhensibles les augmentations.  

Est-ce certain ? 

Oui, car depuis de nombreux mois nous alertons le marché dans sa globalité sur les évolutions des tensions existantes. L’année dernière, nous avons vu ainsi des sites de production fermer ou tourner au ralenti en Chine, puis rouvrir alors que dans le même temps celles européennes, entre autres, fermaient.  La demande mondiale se focalise alors sur quelques sites de production. À cela s'ajoute le manque de matières premières. Seulement une ou deux usines dans le monde fournissent tel ou tel pigment. Et si l’une connaissait un incendie… De plus, les fabricants de couleurs sont confrontés en France, et dans une moindre mesure en Europe, à l'arrivée de nouvelles réglementations.  Prenons l’exemple de l'oxyde de titane. Ce pigment blanc sert à faire du blanc non seulement pour la peinture, mais également pour certains produits alimentaires, les jouets… Désormais, à partir du 1er octobre prochain, elle sera interdite dans certains produits ou soumise à nouvel étiquetage car elle représente des dangers de toxicité en cas d'ingestion. Ce que nous comprenons naturellement et approuvons. Pour autant, nous pourrons toujours l’utiliser comme pigment… (après un bref silence) Personne ne boit de la peinture à ma connaissance ! Cependant,  nous serons alors dans l’obligation de signaler sa présence dans nos étiquettes. Toute la filière est donc en train de refondre complètement sa signalétique.   

Quels enseignements tirez-vous de cette crise ?  De moins dépendre des flux internationaux ? 

Il nous faut, d’une part, multiplier désormais nos sources d’approvisionnements, et, d’autre part, développer encore davantage la recherche et développement. Comme je l’évoquais plus haut, nous vivons une situation pour le moins inédite. Tout d’abord, nous enregistrons depuis mars 2020 une augmentation continue de la demande des ménages pour peindre et dessiner. Ensuite, des sites de production sont à l’arrêt. Enfin, les marges des fournisseurs sont impactées comme celles des distributeurs. Ces derniers sont confrontés également à la problématique du remboursement des PGE et du pouvoir d’achat en berne chez les particuliers. L'AFCALE, et à travers elle la FIPEC, lance un appel à la compréhension mutuelle entre tous les acteurs du marché, industriels et revendeurs. Le danger est de mettre à mal nos entités locales installées en Europe. Il sera important de veiller à l’application de la réglementation pour tous les produits, pour les types de distributeurs. Les marques européennes mettent en œuvre tous les investissements nécessaires pour en permanence d’adapter et rester dans la conformité, et toujours innover. Il est surprenant parfois de découvrir des couleurs, sans aucune information de composition, et à peine sur l’origine, dans des magasins grand public. Comment peuvent-ils commercialiser de tels produits ? ll en va de même chez certains pure players. Ainsi, nous sommes confrontés à une disparité des contraintes entre les chaînes spécialisées, les professionnels, et les autres parfois sans scrupules… 

Propos recueillis par Frédéric Leroi 

 

Repères… L'AFCALE  

L’AFCALE, Association des fabricants de couleurs pour l’art, le loisir et l’enseignement, réunit les sociétés Royal Talens, ColArt, Pébéo, Sauer, OZ international et Caran d'Ache. Elle est rattachée à la FIPEC, Fédération des Industries Peintures Vernis Couleurs, laquelle regroupe cinq organisations : SIPEV (peintures, enduits, vernis), AFEI (encres d’imprimerie), AFICAM (colles, adhésifs et mastics), SPB (produits pour la préservation du bois), et l'AFCALE.